Entretien│avec Georges-Henri Martin-Bricet : l’ESSE, vers une nouvelle culture de la sûreté

Entretien avec Georges-Henri Martin-Bricet, directeur du développement de l’ESSE, paru initialement dans Managers Magazine de septembre-novembre 2018.

Pourquoi une école dédiée à la gestion des risques des entreprises ?

GHMB : Nous  voulions  rompre  avec  les  approches  trop  théoriques  et créer une école avec une vocation ultra-opérationnelle à destination des managers. Notre ambition : créer des certifications professionnelles dans des domaines d’expertise strategiques mais non normés jusqu’alors. L’ESSE est aujourd’hui la seule école spécialisée à proposer 4 certificats de compétence professionnelle dans les domaines de la sûreté, de la gestion de crise, du management du risque de fraude / corruption et de l’enquête interne. Notre offre s’adresse aussi bien  aux managers de PME / TPE qu’aux grandes entreprises du CAC40 et du SBF120.

L’ESSE est aujourd’hui la seule école spécialisée à proposer 4 certificats de compétence professionnelle dans les domaines de la sûreté, de la gestion de crise, du management du risque de fraude / corruption et de l’enquête interne.

Quels sont les points forts de vos formations ?

GHMB : Tous nos certificats sont construits sur des méthodes innovantes appliquées au sein de grands groupes : la méthodologie REACT de gestion de crise ou l’applicatif PARS d’analyse des risques sûreté sont le résultat de 3 ans de R&D au contact de nos clients.  Nos  intervenants  sont  recrutés  sur  un  triple critère : la renommée de leur expertise, leurs capacités pédagogiques et leur connaissance au plus près des risques des entreprises. Nous apportons aussi des réponses et des compétences techniques concrètes par le biais de modules  spécialisés pour anticiper les problématiques des directions à l’image du module Secret des affaires ou de la nouvelle formation Investigation Sapin 2.

Quels sont les enjeux critiques pour les entreprises françaises ?

GHMB : Les  entreprises  françaises  ont  15  à  20  ans  de  retard  sur leurs homologues anglo-saxonnes. Outre-Atlantique, le risk management relève de l’inné et la protection de  l’entreprise n’est   pas   une   variable   d’ajustement   budgétaire   mais   la condition de sa pérennité et de son développement. La fonction Anticipation des menaces est de nature  stratégique  et  seule une minorité d’entreprises françaises a pleinement appréhendé cette nouvelle donne. Le principal enjeu est de passer d’une posture réactive à une posture proactive. L’ESSE les accompagne sur deux plans : d’une part, construire une vraie culture  de sûreté globale chez les dirigeants et, d’autre part, former des risk managers polycompétents et de haut niveau.

 

Nos formations certifiantes